Cette thèse vise à décrire le processus de professionnalisation au travail en sécurité et proposer des principes d’évaluation de cette professionnalisation pour tenir ensemble son caractère systémique, diachronique et construit.

 

Résumé :

Cette thèse CIFRE, financée par la SNCF, s’inscrit dans les réflexions sur la professionnalisation dans les industries à risques lancées par la Fondation pour une Culture de Sécurité Industrielle en 2015. Elle fait partie des actions initiées dans le cadre d’un programme de management de la sécurité spécifique (PRISME) mis en place à la SNCF (2015-2020) suite à trois accidents majeurs. L’objectif est de tendre vers un modèle de sécurité « intégrée ». Pour répondre aux enjeux de professionnalisation au travail en sécurité, l’entreprise, comme la plupart dans ce secteur, a investi dans la formation professionnelle, mais elle rencontre des difficultés quant à l’évaluation de la professionnalisation de ses salariés. La thèse vise ainsi à instruire l’évaluation des dispositifs de professionnalisation au travail en sécurité. A partir de la littérature scientifique nous tenons dans ce travail trois axes qui guident la problématisation et l’analyse. L’évaluation et la professionnalisation sont des processus multidimensionnels. L’objectif de l’évaluation influence l’approche, la temporalité et les méthodes de l’évaluation. La professionnalisation est un processus (Wittorski, 2008) construit socialement qui implique une diversité d’acteurs (Bourdoncle, 2000), distribués dans les structures de l’entreprise, qui se déroule tout le long d’une carrière (Weill-Fassina et Pastré, 2004) en s’agençant dans des dispositifs de formation et de production. Dans cette perspective, cette thèse vise à décrire le processus de professionnalisation au travail en sécurité et proposer des principes d’évaluation de cette professionnalisation pour tenir ensemble son caractère systémique, diachronique et construit.
Pour ce faire, quatre études ont été menées. Les trois premières permettaient de dresser le paysage actuel de la professionnalisation à la sécurité, pour ensuite co-construire les principes d’évaluation avec des acteurs stratégiques de l’entreprise. L’étude 1 visait à identifier, de manière globale et selon le point de vue de 24 experts des facteurs organisationnels et humains, de la formation ou de la sécurité, les modèles de sécurité dans l’entreprise et les dispositifs de professionnalisation à la
sécurité. Les experts percevaient une évolution de l’entreprise vers une sécurité « intégrée ». Tout en considérant que le modèle de sécurité relevait essentiellement du « réglé ». Si les dispositifs renvoyaient à une diversité de formats en formation et au travail, la formation restait le principal outil de professionnalisation à la sécurité. Pour comprendre les conditions de mise en œuvre des dispositifs et des situations de professionnalisation à la sécurité, deux études ont été menées auprès des agents circulation et de leurs managers de proximité. Les principaux résultats soulignent la diversité des dispositifs et des parcours concernant leur conception et animation, leur visée, leur lieu de déploiement. L’analyse de l’activité des protagonistes des dispositifs conclut à la mobilisation d’un modèle de sécurité composite. Enfin, l’étude 4 visait à coconstruire les principes d’une démarche d’évaluation de la professionnalisation pour travailler en sécurité. Sur la base de l’animation de trois groupes de travail et entretiens, la co-élaboration a consisté dans une première étape à présenter et mettre en discussion le diagnostic de la professionnalisation au travail en sécurité issus des résultats des trois premières études. La seconde étape a visé la mise en discussion de neufs principes d’évaluation ; chacun constituant un axe de questionnement pour la construction de la démarche d’évaluation adaptée à la situation et à ses objectifs. La discussion des résultats s’organise autour de trois axes (professionnalisation, évaluation et action) en soulignant l’originalité de l’approche de la professionnalisation via les parcours et les dispositifs, les aspects développementaux et les critères d’évaluation, et ses perspectives pour l’action

Mots Clés

Professionnalisation, évaluation, dispositifs, sécurité, activité, formation, production

Directeurs de Thèse

Catherine Delgoulet, Professeure — Cnam — directrice de thèse
Vincent Boccara, Maître de conférences — Université Paris-Saclay — co-encadrant de thèse
Stella Duvenci-Langa — SNCF — tutrice de thèse

Jury

Christine Vidal-Gomel, Professeure — Université de Nantes — Rapporteure
Alain Garrigou, Professeur — Université de Bordeaux — Rapporteur
Philippe Cabon, Maître de Conférences HDR — Université Paris Cité — Examinateur
Christine Chauvin, Professeure — Université de Bretagne Sud — Examinatrice

 

À lire aussi

Doctoriales au Croisic

Doctoriales au Croisic

Cette année, les doctoriales AME ont eu lieu du 27 au 29 novembre 2023 au Croisic.Les doctorant.e.s du LaPEA étaient nombreus.ses à y participer, accompagné.e.s de Valérie Gyselinck et de Catherine Gabaude.     À lire aussi