L’objectif de cette thèse est d’étudier l’influence des facteurs émotionnels et sociaux associés aux points de repère (=PDR) sur les représentations spatiales que les individus construisent et utilisent au quotidien pour s’orienter et se déplacer dans leur environnement. 

 

 

Résumé :

L’objectif de cette thèse est d’étudier l’influence des facteurs émotionnels et sociaux associés aux points de repère (=PDR) sur les représentations spatiales que les individus construisent et utilisent au quotidien pour s’orienter et se déplacer dans leur environnement. Les PDR sont des éléments de notre environnement que nous utilisons comme points de référence et dont l’importance pour la navigation spatiale et l’orientation a été attestée par de nombreux travaux. Pour soutenir efficacement ces activités, ils doivent être saillants à plusieurs niveaux : visuellement (couleur, taille, forme), structurellement (avec une localisation clé dans l’environnement) mais aussi sémantiquement, c’est-à-dire pertinents pour la tâche réalisée ou pour des raisons personnelles ou culturelles. Cette saillance sémantique des points de repère peut être notamment liée à l’émotion qu’ils suscitent chez les individus. Partant de ce constat, un petit nombre d’études ont montré récemment que les émotions suscitées par des points de repère pouvaient améliorer la navigation, la mémoire spatiale, et biaiser les distances perçues. Cependant, ces résultats, prometteurs, doivent être confirmés et étendus à des tâches plus écologiques et à des environnements plus complexes. De plus, un débat subsiste toujours quant à la dimension émotionnelle (éveil vs. valence) responsable de ces effets. Enfin, il demeure peu clair si ces effets sont le résultat de l’impact des émotions déclenchées par les PDRs lors de leur rencontre dans l’environnement sur l’attention (saillance visuelle) et la mémoire spatiale ou s’ils relèvent de l’influence de la valeur émotionnelle que les individus attribuent à ces PDRs (saillance cognitive).
Dans un premier temps, une étude par questionnaire permet d’interroger les points de repère utilisés par les individus lors de leurs trajets quotidiens et d’identifier leurs caractéristiques émotionnelles.
Ensuite, une première série d’études empiriques permet de préciser le rôle des émotions associées aux PDRs dans la formation des représentations spatiales, en distinguant et en faisant varier indépendamment les dimensions émotionnelles de valence (Positive vs. Négative) et d’éveil (Élevé vs. Faible). Les participants ont visionné différentes versions d’un parcours dans un environnement urbain virtuel comprenant des PDRs matérialisés par des panneaux présentant une image émotionnelle dont la valence et le niveau d’éveil varient selon les conditions expérimentales. Après le visionnage d’une de ces versions, différents aspects des représentations spatiales (mémoire spatiale égocentrique, allocentrique et distances perçues) étaient évalués à l’aide de plusieurs tâches informatisées.
Enfin, une dernière étude permet de clarifier l’influence des PDRs émotionnels sur les représentations spatiales en différenciant l’impact de la valence émotionnelle que les individus attribuent aux PDRs de l’impact d’événements émotionnels se produisant au niveau de leur localisation. Dans cette étude, les participants parcouraient différentes déclinaisons d’un trajet dans un environnement virtuel comprenant des points de repère (ex : magasin, restaurant, statue etc..). Lors du trajet, chaque point de repère est associé à un court texte dont le contenu variait en fonction de la condition expérimentale (valence positive vs neutre ; lié au point de repère vs lié à un événement se produisant au niveau de sa localisation). Après le visionnage du trajet, les représentations spatiales étaient évaluées à l’aide de différentes tâche informatisée.

Directeurs de Thèse

Valérie Gyselinck, Directrice de Recherche — Université Gustave Eiffel – Directrice
Jérôme Guegan, Maitre de Conférences — Université Paris Cité — Co-Encadrant

Financement

Contrat Doctoral

 

 

À lire aussi

Doctoriales au Croisic

Doctoriales au Croisic

Cette année, les doctoriales AME ont eu lieu du 27 au 29 novembre 2023 au Croisic.Les doctorant.e.s du LaPEA étaient nombreus.ses à y participer, accompagné.e.s de Valérie Gyselinck et de Catherine Gabaude.     À lire aussi