Cette thèse a ainsi pour objectif d’explorer ces caractéristiques qui pourraient faciliter la navigation piétonne et la construction des représentations spatiales, en particulier pour les personnes âgées.

 

Résumé :

Aujourd’hui, peu de systèmes d’aide à la navigation utilisent les points de repère pour guider leurs usagers. Pourtant, ceux-ci ont depuis longtemps été reconnus comme des indices de navigation facilitant l’orientation et la construction des représentations spatiales. Les personnes âgées font face à de multiples déficits pouvant affecter la cognition spatiale et ayant pour conséquence une réduction de leurs déplacements et, de fait, leur participation sociale. Or, les travaux en cognition spatiale suggèrent que l’utilisation de points de repère dans les systèmes de navigation pourrait constituer des aides plus efficaces et conformes au fonctionnement cognitif de leurs usagers. Cependant, les caractéristiques des points de repère qui en font des indices pertinents ne sont pas à ce jour complètement élucidées.

Cette thèse a ainsi pour objectif d’explorer ces caractéristiques qui pourraient faciliter la navigation piétonne et la construction des représentations spatiales, en particulier pour les personnes âgées. Une étude par questionnaire a révélé que les points de repère décrits par les piétons sont pour la plupart perceptivement saillants (contraste visuel fort avec le reste de l’environnement). Mais, une part non négligeable des points de repère rappelés est également cognitivement saillante (l’objet a une valeur familière). Or, si les propriétés de la saillance perceptive sont bien connues, la saillance cognitive et ses effets sur la cognition spatiale n’ont été que peu explorés. Une première étude expérimentale avait pour objectif de déterminer les rôles respectifs de la saillance perceptive et cognitive dans la construction de représentations spatiales chez des adultes jeunes et âgés. Les participants ont visionné des itinéraires piétons dans une ville virtuelle contenant des points de repère variant quant à leur saillance perceptive et cognitive.

À l’issue de la navigation, ils effectuaient des tâches visant à évaluer leurs connaissances spatiales. Les résultats montrent que la combinaison de saillance perceptive et cognitive facilite la construction de représentations spatiales chez tous les participants. Cette combinaison a permis dans certains cas de réduire les écarts de performances liés aux effets délétères du vieillissement. La seconde étude avait alors pour objectif d’appréhender le rôle de la saillance cognitive des points de repère lorsque ceux-ci sont intégrés dans des systèmes de navigation. Elle avait également pour objectif d’examiner dans quelle mesure cette intégration facilite l’orientation et la construction de représentations spatiales chez des piétons jeunes et âgés. Les participants devaient cette fois-ci réaliser les trajets et naviguer à l’aide d’un joystick dans les environnements virtuels en étant guidés par une carte ou un système de type GPS pas-à-pas incluant des points de repère. De nouveau les résultats confirment le bénéfice de la saillance perceptive et cognitive sur la construction de représentations spatiales, chez les jeunes comme âgés. L’intégration de points de repère perceptivement et cognitivement saillants dans une carte semble particulièrement compenser les difficultés des personnes âgées à utiliser la carte, combinant ainsi préférences et optimisation de leurs performances de navigation. Ces effets bénéfiques de la saillance cognitive avec l’âge pourraient être liés à la préservation de la mémoire sémantique lors du vieillissement. Les études menées ont permis de mieux caractériser les différentes propriétés de saillance des points de repère. Elles ont également permis de mesurer leurs effets bénéfiques et éventuellement différenciés, sur la cognition spatiale des piétons jeunes et âgés. Ces contributions permettent d’alimenter la réflexion théorique et de nourrir une réflexion pratique sur la conception de systèmes d’aide à la navigation adaptés au fonctionnement cognitif des piétons âgés.

Mots Clés

Piétons, Vieillissement, Point de repères, Saillance, Cognition

Directeurs de Thèse

Aurélie Dommes, chargée de recherche — Université Gustave Eiffel — Co-Encadrante
Valérie Gyselinck, directrice de recherche — Université Gustave Eiffel – Directrice
Mir Abolfazl Mostafavi, professeur des universités — Université de Laval, Québec — Co-Directeur

Jury

Catherine Gabaude, directrice de recherche — Université Gustave Eiffel — Rapporteure
Bernard N’Kaoua, professeur des universités — Université de Bordeaux — Rapporteur
Yannick Courbois, professeur des universités — Université de Lille — Examinateur
Geoffrey Edwards, professeur des universités — Université de Laval, Québec — Examinateur

 

À lire aussi

Doctoriales au Croisic

Doctoriales au Croisic

Cette année, les doctoriales AME ont eu lieu du 27 au 29 novembre 2023 au Croisic.Les doctorant.e.s du LaPEA étaient nombreus.ses à y participer, accompagné.e.s de Valérie Gyselinck et de Catherine Gabaude.     À lire aussi